Belle et Joyeuse fête de Pâques à tous

Dimanche de Pâques : fête de la Résurrection du Christ

« Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts ?
Il n’est pas ici, il est ressuscité. » (Luc 24)

 

Vendredi Saint : Tout est consommé

Neuvaine pour la France du Vendredi Saint au 23 avril 2017

Jeudi Saint

SEMAINE SAINTE

La semaine sainte est, pour les chrétiens, la semaine précédant Pâques. Elle est destinée à commémorer la passion du Christ. Le Triduum pascal de la Passion et de la Résurrection du Christ commence le jeudi soir de cette semaine et se termine le soir du dimanche de Pâques. Ces trois jours sont le sommet de l'année liturgique car c'est par sa mort que le Christ a détruit la mort et c'est en ressuscitant qu'il a restauré la vie.

LA PRIERE DU PARA

 

Je m'adresse à vous, mon Dieu,

Car vous donnez ce qu'on ne peut obtenir que de soi.

 

Donnez-moi, mon Dieu, ce qui vous reste,

Donnez-moi ce qu'on ne vous demande jamais.

 

Je ne vous demande pas le repos,

Ni le succès, ni même la santé.

 

Tout ça, mon Dieu, on vous le demande tellement,

Que vous ne devez plus en avoir!

 

Donnez-moi, mon Dieu, ce qui vous reste,

Donnez-moi ce que l'on vous refuse.

 

Je veux l'insécurité et l'inquiétude.

Je veux la tourmente et la bagarre.

 

Et que vous me les donniez, mon Dieu,

Définitivement.

 

Que je sois sûr de les avoir toujours

Car je n'aurai pas toujours le courage

De vous les demander.

 

 

Donnez-moi ce dont les autres ne veulent pas.

Mais donnez-moi aussi le courage,

Et la force et la foi.

 

 

Car vous êtes seul à donner

 

Ce qu'on ne peut obtenir que de soi.

AMEN

Dévotion des 5 premiers samedi du mois

Centenaire des apparitions de Fatima

Centenaire de Fatima

 

 

Samedi prochain, 4 mars 2017 : 1er samedi du mois

 

Lettre de liaison n° 46 (2 mars 2017)

 

Chers amis,

 

Plusieurs personnes nous ont demandé ce qu'il fallait entendre par se consacrer au Cœur Immaculé de Marie. C'est effectivement une question importante et il n'est sans doute pas inutile de préciser ce point.

 

 

 

Qu'est-ce qu'une consécration ?

 

Tout d'abord que signifie se consacrer ? Le terme "consacrer" a plusieurs sens. Celui qui nous intéresse ici est celui de "réserver pour Dieu". Consacrer un objet, un édifice, un lieu, signifie que cet objet (un calice par exemple) ou cet édifice (une église par exemple) sont réservés pour Dieu, pour célébrer son culte et qu'ils ne peuvent plus servir à un autre usage.

 

On peut aussi consacrer une personne (ou un groupe de personnes). Dans ce cas, la personne garde sa liberté, mais elle promet de suivre Jésus et de vivre en suivant sa loi. Lorsqu'une personne se consacre par exemple au Sacré-Cœur, elle se donne entièrement à Jésus : elle Lui donne son corps, son âme, ses biens extérieurs, ses biens intérieurs (vertus et mérites), tout ce qu'elle a dans l'ordre de la nature et de la grâce. Par son acte de consécration, elle reconnaît à Notre-Seigneur un entier et plein droit de disposer de tous ses biens pour le triomphe de son Église. Se consacrer signifie qu'on s'engage à être un instrument docile entre ses mains. On promet une obéissance sans faille à tout ce qu'Il nous demandera.

 

Voici comment Pie XII expliquait ce qu'était une consécration : « La consécration est un don total de soi, pour toute la vie et pour l'éternité : c'est un don non de pure forme ou de pur sentiment, mais effectif, accompli dans l'intensité de la vie chrétienne. »

 

Dans un radiomessage adressé à la Belgique, il précisa également : « En mettant sous l'égide de Marie vos activités personnelles, familiales, nationales, vous invoquez sa protection et son aide sur toutes vos démarches, mais, vous lui promettez aussi de ne rien entreprendre qui puisse lui déplaire et de conformer toute votre vie à sa direction et à ses désirs. »

 

 

Pourquoi se consacrer ?

 

Mais que pouvons-nous attendre en retour d'une telle consécration ? Par son acte de consécration, la personne appartient à Celui à qui elle s'est consacrée. En conséquence, elle sera son bien et peut donc prétendre jouir de la protection que tout propriétaire accorde à ce qu'il possède

 

Ainsi, dans le cérémonial de consécration d'une famille au Sacré-Cœur, il est demandé à Dieu de « bénir nos entreprises spirituelles et temporelles, écarter nos soucis, sanctifier nos joies, soulager nos peines. »

 

Dans le radiomessage précédemment cité de Pie XII, le pape dit clairement : « En mettant sous l'égide de Marie les activités personnelles, familiales, nationales, vous invoquez sa protection et son aide sur toutes vos démarches. »

 

En nous consacrant à Notre-Seigneur ou Notre-Dame, nous aurons aussi un guide pour nous garder des faux pas, nous ramener dans le droit chemin si nous nous égarons. Nous serons protégés des dangers, et des embûches du démon.

 

Un autre bien que procure une consécration est la paix (celle de l'âme en premier lieu, mais aussi la paix temporelle) ainsi que la conversion des pécheurs. Dans la consécration du genre humain au Cœur Immaculé de Marie faite par Pie XII le 31 octobre 1942, le pape demanda : « Ô Mère de Miséricorde, obtenez-nous de Dieu la paix ! Et, surtout, ces grâces qui peuvent en un instant convertir les cœurs humains, ces grâces qui préparent, aménagent et assurent la paix ! »

 

Voici également ce qu'enseigne saint Louis Marie Grignion de Montfort : « Ainsi, se consacrer à Marie, c'est très précisément la choisir comme Mère, non pas seulement pour la protection physique de nos personnes, mais plus encore et d'abord pour lui conférer en propre la plénitude de la puissance maternelle sur notre âme. La mère, dans la famille humaine, a pouvoir sur ses enfants. Elle les protège de deux manières. En écartant d'eux les périls et les menaces, sans même parfois qu'ils le sachent. En les conseillant et en les guidant aussi, pour qu'ils fassent bon usage de leur liberté. »

 

 

Peut-on se consacrer à Marie ?

 

On se consacre en général à Dieu, au Sacré-Cœur, au Christ-Roi. Toutefois, les églises sont souvent consacrées à la Sainte Vierge ou à des saints. Mais la consécration à Marie fait parfois l'objet de débats. Par exemple, dans une préface à l'encyclique Redemptoris Mater, un théologien affirme : « On ne peut se consacrer qu'à Dieu créateur, non à une créature, car ce serait de l'idolâtrie. » Se consacrer à la Sainte Vierge serait donc de l'idolâtrie. Toute la tradition dément cette affirmation malheureuse. De tout temps, de telles consécrations ont été faites et ont porté des fruits. Et jamais l'Église n'a émis la moindre objection.

 

En effet, on se consacre à la Très Sainte Vierge lors des baptêmes, des mariages, des confirmations, des communions solennelles. Dans beaucoup de paroisse, par exemple, il est d'usage à la fin de la cérémonie du baptême de porter l'enfant à l'autel de la Sainte Vierge et là, de le consacrer à Notre-Dame.

 

Dans son Traité de la vraie dévotion à la Sainte Vierge, saint Louis-Marie Grignion de Montfort nous incite à nous consacrer à la Sainte Vierge.

 

Le 1er avril 1836, le curé d'Ars consacra sa paroisse à Marie conçue sans péché. Le 11 décembre de la même année, l'abbé Desgenettes consacra la paroisse de Notre-Dame des Victoires au Cœur Immaculé de Marie.

 

Plusieurs pays ont été consacrés au Cœur Immaculé de Marie. Les évêques portugais consacrèrent le Portugal le 13 mai 1931, puis à nouveau le 13 mai 1938 et le 13 octobre 1942. Pie XII consacra le monde le 31 octobre 1942, puis à nouveau le 8 décembre. La Pologne fut consacrée en 1946 et l'Australie en 1948, etc.

 

Il ne fait donc aucun doute qu'il est possible de se consacrer à Notre-Dame et plus particulièrement à son Cœur Immaculé comme elle l'a demandé pour la Russie le 13 juillet 1917. Et dans la prochaine lettre, nous verrons tous les fruits qui découlent de ces consécrations.

 

Alors pour répondre à l'appel de Notre-Dame et nous mettre sous sa protection, n'hésitons pas à nous consacrer à son Cœur Immaculé. La prochaine consécration organisée avec une préparation de 33 jours est le 13 mai, centenaire de la première apparition de Notre-Dame à Fatima. Ne manquons pas cette occasion pour nous consacrer, consacrer notre famille, nos écoles … ou renouveler notre consécration. (Pour s'inscrire, cliquer ICI)

 

En union de prière dans le Cœur Immaculé de Marie.

 

Yves de Lassus

MESSES POUR LA FRANCE

NOTRE DAME DE LOURDES

« Je désire vous encourager tous à contempler en Marie, Salut des malades, la garante de la tendresse de Dieu pour chaque être humain ». C’est le tweet du pape François le 11 février 2017 pour la 25e Journée mondiale du malade, célébrée de façon particulière à Lourdes (France).

 

La Journée a cette année pour thème « Émerveillement pour tout ce que Dieu accomplit: ‘Le Puissant fit pour moi de grandes choses …’ (Lc 1,49) ». Dans son message pour l’occasion, publié en décembre dernier, le pape encourage « tous, malades, personnes qui souffrent, médecins, infirmières, proches, volontaires, à contempler en Marie, Salut des malades, la garante de la tendresse de Dieu pour chaque être humain et le modèle de l’abandon à sa volonté ».

 

Il invitait à demander à la Vierge Marie de Lourdes « la grâce de savoir nous mettre toujours en relation avec le malade comme avec une personne qui, certainement, a besoin d’aide (…), mais qui porte en elle un don personnel à partager avec les autres ».

 

Le pape a nommé le cardinal secrétaire d’Etat Pietro Parolin comme « légat pontifical » dans la cité mariale.

 

La Journée mondiale du malade a été instituée par saint Jean-Paul II en 1992, pour la fête de Notre Dame de Lourdes, et célébrée pour la première fois dans la cité mariale le 11 février 1993. Au jour anniversaire de la première apparition de la Vierge Marie à Bernadette Soubirous, sur les bords du Gave, en 1858.

 

 

INTENTIONS DE PRIERES  POUR LES BENEDICTINES D OKLAHOMA. USA

Sanctuaire de Montligeon : n'hésitez pas y aller

Accueil toute l'année

Le Sanctuaire Notre-Dame de Montligeon vous accueille tout au long de l’année.

Centre mondial de la prière pour les défunts, le Sanctuaire souhaite vous apporter un réconfort spirituel adapté à toutes les souffrances que la vie peut apporter.

Que ce soit seul ou en famille, en paroisse ou en communauté ou même en diocèse, en venant prier pour vos défunts et vos proches, vous vous affermissez dans cette communion des saints qu’est l’Église. Vous pouvez concrétiser votre foi dans cette communion spirituelle entre tous les vivants, tant ceux du ciel que ceux de la terre, en recommandant vos proches, défunts ou vivants, à l’œuvre de Montligeon. Vous pouvez, en outre, adhérer vous-même à cette Fraternité en vous inscrivant également. Chaque membre inscrit, défunt ou vivant, bénéficie ainsi de la prière constante de tous les membres de la Fraternité et des messes perpétuelles qui sont célébrées chaque jour depuis 100 ans à Montligeon et en divers lieux du monde à l’intention de tous les membres inscrits.

Des prêtres disponibles

Les chapelains du Sanctuaire sont là pour vous accueillir, vous rencontrer, vous écouter et vous donner les moyens spirituels pour surmonter les difficultés de la vie. Ils proposent aussi de nombreux enseignements sur la foi chrétienne, en particulier sur ce qui touche la destinée éternelle de l’homme. Ils vous offrent le sacrement de la Réconciliation et de l’Eucharistie.

Faites une pause!

Véritable cathédrale dans les champs, le Sanctuaire vous offre un cadre idéal pour une retraite, un temps de ressourcement spirituel au calme, au cœur de notre belle région du Perche, une courte halte dans votre vie pour sortir la tête du guidon, faire le point et repartir avec entrain. Nous vous y accueillons que vous soyez seul, en famille, en groupe ou en paroisse ; de passage pour la journée, ou pour quelques temps ou participant à une activité spirituelle du Sanctuaire.

Et si vous faisiez du bien à votre âme ?

 

 

http://www.montligeon.org/fr/

Enfant Jesus en cire à commander - Carmel d'Alencon

La Fraternité Saint-Pie X va réimprimer 10 000 missels

 

Les éditions Clovis avaient déjà publié en 2012 un missel quotidien latin-français, tiré alors à 5000 exemplaires. Ce missel est le fruit d’un long travail de l’abbé Daniel Joly, spécialiste en liturgie. Il permet aux fidèles de suivre la messe catholique (célébrée en latin selon le rite traditionnel) grâce à la traduction française placée en vis à vis du texte latin.

 

Bien plus qu’une simple traduction de la messe, le missel est un livre de piété indispensable pour les fidèles puisqu’on y trouve :

 

Les textes propres à chaque messe avec les lectures de l’Écriture sainte associées à ces messes.

Le rituel des sacrements avec notamment un examen de conscience détaillé pour bien se confesser.

De nombreuses prières pour se sanctifier.

Des instructions doctrinales pour chaque temps liturgique qui permettent de réviser son catéchisme.

Enfin, pour les fêtes des saints, l’abbé Joly a pris le soin de rédiger un petit résumé de la vie de chaque saint.

 

Le tirage de la première édition étant épuisé depuis plusieurs mois, les éditions Clovis ont décidé cette fois-ci de mettre les bouchées doubles en faisant imprimer 10000 missels pour répondre aux demandes de plus en plus nombreuses !

 

Le missel est traditionnellement un cadeau que les parrains et marraines offrent à leurs filleuls le jour de leur première communion ou de leur confirmation. Le missel est un beau livre, solide, que l’on garde toute sa vie et que l’on emporte avec soi chaque fois que l’on va à la messe. En un mot, le missel est un bon compagnon de route qui nous aide à prier.

 

Vous pouvez soutenir la fabrication de ce missel en le réservant en souscription sur le site internet des éditions Clovis, pour le prix de 46 € (+ frais de port). Le missel sera achevé d’imprimer en octobre 2016 et sera envoyé par la Poste en priorité aux personnes ayant participé à cette souscription. Puis il sera disponible à partir du mois de novembre 2016 au prix de 52 € (plus frais de port éventuels).

Souvenez-vous,

ô Sacré Cœur de Jésus,

de tout ce que vous avez fait pour sauver nos âmes,

et ne les laissez pas périr.

Souvenez-vous de l’éternel

et immense amour que vous avez eu pour elles;

ne repoussez pas ces âmes

qui viennent à vous défaillantes

sous le poids de leurs misères,

oppressées sous celui de tant de douleurs.

Soyez touché de notre faiblesse,

des dangers qui nous environnent de toutes parts,

des maux qui nous font soupirer et gémir.

Remplis de confiance et d’amour,

nous venons à votre Cœur, ô Jésus,

comme au cœur du meilleur des pères,

du plus tendre et du plus compatissant des amis.

Recevez-nous, ô Sacré Cœur,

dans votre infinie tendresse,

faites-nous ressentir les effets

de votre compassion et de votre amour ;

montrez-vous notre appui,

notre médiateur auprès de votre Père.

Au nom de votre Précieux Sang et par vos mérites, accordez-nous la force dans nos faiblesses, la consolation dans nos peines, la grâce de vous aimer dans le temps

et celle de vous posséder dans l’éternité.

 

Amen !

12 promesses du Sacré-Coeur de Jésus à Sainte Marguerite-Marie - 1675

Imprimer la page

Notre Seigneur a fait les douze promesses suivantes à sainte Marguerite Marie afin d'encourager la vraie dévotion au Sacré Cœur de Jésus qui est également la dévotion au Saint-Sacrement. Ces promesses sont octroyées sur ceux qui sont prêts à vivre une heure avec Jésus dans le Saint-Sacrement régulièrement dans l'Adoration

1. Je leur donnerai toutes les grâces nécessaires dans leur état.

2. Je mettrai la paix dans leur famille.

3. Je les consolerai dans toutes leurs peines.

4. Je serai leur refuge assuré pendant la vie et surtout à la mort.

5. Je répandrai d'abondantes bénédictions sur toutes leurs entreprises.

6. Les pécheurs trouveront dans mon Cœur la source et l'océan infini de la miséricorde.

7. Les âmes tièdes deviendront ferventes.

8. Les âmes ferventes s'élèveront à une grande perfection.

9. Je bénirai même les maisons où l'image de mon Cœur sera exposée et honorée.

10. Je donnerai aux prêtres le talent de toucher les cœurs les plus endurcis.

11. Les personnes qui propageront cette dévotion auront leur nom écrit dans mon Cœur, et il n'en sera jamais effacé.

12. Je te promets, dans l'excès de la miséricorde de mon Cœur, que mon amour tout puissant accordera à tous ceux qui communieront les premiers vendredis, neuf fois de suite, la grâce de la pénitence finale, qu'ils ne mourront point dans ma disgrâce, ni sans recevoir les sacrements, et que mon Cœur se rendra leur asile assuré à cette heure dernière

Neuvaine irrésistible au Coeur Sacré de Jésus

 

Cette neuvaine nous vient de Sainte Marguerite-Marie Alacoque. Padre Pio disait chaque jour cette neuvaine pour tous ceux qui se recommandaient à ses prières.

 

Padre Pio

 

I - O Jésus, qui avez dit : " En vérité, je vous le dis, demandez et vous recevrez, cherchez et vous trouverez, frappez et l'on vous ouvrira !" voici que je frappe, je cherche et je demande la grâce ......

Pater, Ave, Gloria,

Coeur Sacré de Jésus, j'ai confiance et j'espère en vous.

 

II - O Jésus, qui avez dit : " En vérité, je vous le dis, tout ce que vous demanderez à mon Père en mon Nom, il vous l'accordera ! " voici qu'en votre Nom je demande la grâce ....

Pater, Ave, Gloria,

Coeur Sacré de Jésus, j'ai confiance et j'espère en vous.

 

III - O Jésus, qui avez dit : " En vérité, je vous le dis, le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point ! " voici qu'en m'appuyant sur l'infaillibilité de vos saintes paroles je demande la grâce ...

Pater, Ave, Gloria,

Coeur Sacré de Jésus, j'ai confiance et j'espère en vous.

 

Prière O Coeur Sacré de Jésus, à qui il est impossible de ne pas avoir compassion des malheureux, ayez pitié de nous, pauvres pécheurs, et accordez-nous la grâce que nous vous demandons, par l'intercession du Coeur Immaculé de Marie, notre tendre Mère.

 

Saint Joseph, père adoptif du Sacré-Coeur de Jésus, priez pour nous.

 

Salve Regina

Salut, Reine, Mère de miséricorde,

Notre vie, notre douceur, notre espérance, salut !

Vers toi nous crions, enfants d'Ève exilés,

Vers toi nous soupirons, gémissant et pleurant

Dans cette vallée de larmes.

Ô toi notre avocate,

Tourne vers nous ton regard miséricordieux

Et Jésus, le fruit béni de tes entrailles,

Montre-le nous après cet exil.

Ô clémente, ô douce Vierge Marie.

La communion réparatrice des premiers samedis du mois

Les demandes de Notre-Dame

 

C’est au cours de l’apparition du 13 juillet 1917 que Notre-Dame parla pour la première fois des premiers samedis du mois en révélant aux petits voyants : « Je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur Immaculé et la communion réparatrice des premiers samedis du mois. »

Notons que la Sainte Vierge parle des premiers samedis du mois de façon générale, sans en préciser le nombre. Ce n’est que le 10 décembre 1925 à Pontevedra qu’elle le fera. Voici les paroles de Notre-Dame que sœur Lucie entendit ce jour-là (tirées d’une lettre à son confesseur, le père Aparicio) :

 

Vois, ma fille, mon Cœur entouré des épines que les hommes m’enfoncent à chaque instant, par leurs blasphèmes et leurs ingratitudes. Toi, du moins, tâche de me consoler et dis que tous ceux qui,

- pendant cinq mois, le premier samedi,

- se confesseront,

- recevront la sainte Communion,

- réciteront un chapelet

- et me tiendront compagnie pendant quinze minutes, en méditant sur les quinze mystères du Rosaire

- en esprit de réparation,

je promets de les assister à l’heure de la mort, avec toutes les grâces nécessaires pour le salut de leur âme.

 

http://www.fatima100.fr

 

 

 

Prière à Notre-Dame du Saint Secours

 

Avec humilité et amour, je me prosterne à vos pieds, ô ma Mère,

afin que vous m'accueilliez avec bienveillance sous votre manteau

protecteur et me secouriez au moment de l'épreuve.

 

Je désire, ô Mère secourable, me consacrer entièrement à votre Coeur Immaculé,

pour que, dans votre immense bonté, vous me conduisiez à Jésus,

mon bien-aimé et adorable Seigneur.

 

Je vous offre et vous consacre, ô ma Mère,

tout mon coeur, tout mon esprit, toutes mes force,

pour que je puisse aimer comme vous mon Jésus

et que je l'aime dans tous mes frères.

Rendez mon coeur comme le vôtre : humble, pur, docile,

pauvre, simple, sincère, serein,

afin qu'il devienne capable de beaucoup d'amour.

 

Accordez-moi votre Saint Secours, ô ma Mère,

au moment de l'épreuve, dans les tentations

et dans les vicissitudes de la vie présente.

Sauvez-moi du mal de la mort éternelle et faites-moi renaître,

à travers votre Coeur, à la vraie Vie dans le Règne

préparé par votre Fils et notre Seigneur Jésus-Christ,

qui vit et règne dans les siècles des siècles.

 

Ainsi soit-il

 

 

 

Puis, on ajoute trois fois l'invocation suivante, après avoir prié un Pater, un Ave et un Gloria Patri :

 

Notre-Dame du Saint Secours, priez pour nous

Prière d’un enfant :

 

Mon Dieu,

Faites de ma vie une petite lumière,

qui brille à travers le monde,

qui brille, qui brûle, qui éclaire tous les lieux à la ronde.

 

Mon Dieu, faites de ma vie une petite fleur,

qui soit contente de fleurir,

qui donne à tous le bonheur,

qui donne à tous du plaisir.

 

Mon Dieu, faites de ma vie une petite chanson,

qui réconforte le malheureux,

qui donne envie d être bon,

et le petit chanteur sera heureux.

 

Mon Dieu, faites de ma vie une petite flamme,

de tendresse et de prières.

Faites que jamais ne s'obscurcisse mon âme, 

dans nos chemins pleins de mystère.

 

Souvenez-vous, Vierge Marie...

Souvenez-vous, ô très miséricordieuse Vierge Marie,
qu'on n'a jamais entendu dire qu'aucun de ceux qui ont eu recours à votre protection, imploré votre assistance, réclamé votre secours, ait été abandonné. 

Animé d'une pareille confiance, ô Vierge des vierges, ô ma Mère, je cours vers vous et, gémissant sous le poids de mes péchés, je me prosterne à vos pieds.

O Mère du Verbe, ne méprisez pas mes prières, mais accueillez-les favorablement et daignez les exaucer.
Amen.

Chapelet de la Divine Miséricorde

Le chapelet de la Divine Miséricorde est un chapelet adressé à la miséricorde de Dieu le Père.

Cette série de prières catholiques est généralement priée sur les grains d'un chapelet catholique marial ordinaire. Le Je vous salue Marie et le Notre Père des dizaines sont remplacés par des prières spécifiques.

 

Sainte Faustine Kowalska

L'origine de cette dévotion est bien particulière ; le 13 septembre 1935, Jésus-Christ aurait lui-même dicté ce chapelet à sœur Faustine Kowalska (1905-1938), surnommée l'apôtre de la Miséricorde et canonisée par Jean-Paul II en avril 2000. Le culte de la Miséricorde Divine est cependant très ancien.

Les promesses associées à ce chapelet par Jésus-Christ à sainte Faustine sont les suivantes :

               « Ma fille, incite les âmes à dire ce chapelet que je t’ai donné. Il me plaît de leur accorder tout ce qu’elles me demanderont en disant ce chapelet.» (Petit Journal1, 1541)

               « Les prêtres le donneront aux pécheurs comme une ultime planche de salut; même le pécheur le plus endurci, s’il récite ce chapelet une seule fois obtiendra la grâce de mon infinie miséricorde.» (Petit Journal, 687)

               « Les âmes qui réciteront ce chapelet seront enveloppées par Ma miséricorde pendant leur vie et surtout à l'heure de la mort. » (Petit Journal 754).

De plus Jésus promet la grâce de la conversion à l'heure de la mort et une mort paisible, aussi bien pour les personnes qui prient ce chapelet que les personnes pour qui on le prie. Il est très recommandé de prier ce chapelet auprès des agonisants.

«À l'heure de la mort je défends comme ma propre gloire chaque âme qui récite ce chapelet elle-même, ou bien si d'autres le récitent près de l'agonisant l'indulgence est la même.» (Petit Journal 811)

 

Comment prier le chapelet de la Divine Miséricorde

 

1. Faire le signe de la croix

2. Dire le Notre Père

3. Dire le Je vous salue Marie

4. Dire le Je crois en Dieu

5. Pour chacune des cinq dizaines, dire sur les gros grains : « Père Éternel, je T'offre le Corps et le Sang, l'Âme et la Divinité de Ton Fils bien-aimé, Notre Seigneur Jésus-Christ, en réparation de nos péchés et de ceux du monde entier.» Puis, sur les petits grains, dire : « Par Sa douloureuse Passion, prends pitié de nous et du monde entier. »

6. On conclut en disant «Saint Dieu, Saint Fort, Saint Immortel, prends pitié de nous et du monde entier», ou bien «Dieu Saint, Dieu Fort, Dieu Éternel, prends pitié de nous et du monde entier», un autre signe de croix puis un amen. La seconde version étant la traduction officielle effectuée d'après le livre de Sœur Faustine, par les pères pallotins.

Des variantes existent sur la formulation des prières, qui ont évolué au fil des ans. Certaines personnes, par exemple, ont du mal à tutoyer Dieu, et d'autres font des incises (ajoutent des mots à la prière). Jean-Paul II, par exemple (qui a été évêque du diocèse de sainte Faustine), ajoutait «et sa Résurrection» après «Par Sa douloureuse Passion».

 

Mois d'AVRIL :

PASSION DU CHRIST

Stella Maris
Stella Maris