LA PENITENCE ET LA RECONCILIATION

Des confessions individuelles et des célébrations communautaires sont proposées au moment des grandes fêtes liturgiques, dans plusieurs églises. Consulter le bulletin paroissial.

 

Pour recevoir individuellement le sacrement de réconciliation auprès d'un prêtre, prendre rendez-vous avec lui. La journée du pardon, en doyenné, aura lieu le samedi 12 avril 2014 de 14H à 16H et de 16H à 18H à Saint Nicolas de Craon.

 

La pénitence et la réconciliation

" Le Seigneur Jésus-Christ est le médecin de nos âmes et de nos corps. II a pardonné ses péchés au paralytique et il lui a rendu la santé du corps (Marc 2, 1-12). Il a voulu que son Église continue son œuvre de guérison et de salut, par la force de l'Esprit Saint.

C'est le but des deux sacrements de la guérison : le sacrement de la Pénitence et de la Réconciliation et le sacrement de l'Onction des malades.

Le don du retour vers Dieu

Le pardon des péchés commis après le Baptême est accordé par le sacrement dit de la conversion, de la confession, de la Pénitence ou de la Réconciliation.

Revenir à la communion avec Dieu par la conversion est un mouvement suscité par la grâce de Dieu plein de miséricorde et désireux de sauver tous les hommes.

Nous devons demander cette grâce pour nous-mêmes comme pour les autres.

 

> Qu’est ce que l’absolution ?

La confession individuelle et complète des péchés graves suivie du pardon sacramentel appelé l'absolution est le moyen habituel pour la réconciliation avec Dieu et avec l'Église.Seuls les prêtres de par leur ordination et par l'autorité de l'Église, reçoivent la faculté de pardonner les péchés au nom du Christ.

La conversion implique de se repentir, de regretter les péchés que l'on a commis et de s'engager par une ferme résolution, et avec le secours de la Grâce, à réparer le mal que l'on a fait et à ne plus pécher à l'avenir. Le repentir, appelé aussi contrition, doit être inspiré par la foi.

 

 

Comment reçoit-on le sacrement de Pénitence et de Réconciliation ?

Celui qui veut obtenir la réconciliation avec Dieu et avec l'Église doit dire au prêtre tous les péchés graves qu'il n'a pas encore confessés et dont il se souvient, après avoir examiné soigneusement sa conscience. Il est aussi recommandé de confesser ses péchés moins graves : péchés véniels.

Le confesseur propose une pénitence pour réparer les dommages causés par les péchés et rétablir une manière de vivre propre aux disciples du Christ.

 

 

Qu'apporte le sacrement de la Pénitence ?

Le sacrement de la Pénitence nous réconcilie avec Dieu et nous fait rentrer dans la pleine communion avec Lui. Il nous réconcilie aussi avec l'Église et avec nos frères. Il nous donne la paix et la sérénité et fait grandir nos forces spirituelles pour vivre en chrétiens. (Source : Le petit guide de la Foi Catholique, Cardinal André Vingt-trois, Editions Le Sénevé / Cerp).

 

> La pénitence et la réconciliation à la lumière de la Bible

Lettre de saint Paul Apôtre aux Romains (Rm 7, 14-25)

L'homme soumis à la loi est divisé entre deux forces contradictoires : il est attiré vers le bien mais constate qu'il fait le mal. C'est une situation tragique, mais le Christ permet d'échapper à ce dilemme. Il donne la juste intelligence des commandements et libère de la loi du péché qui conduit à la mort.

 

Nous savons bien que la Loi est une réalité spirituelle : mais moi, je suis un homme charnel, vendu au péché.

En effet, je ne comprends pas ce que j'accomplis, car ce que je voudrais faire, ce n'est pas ce que je réalise ; mais ce que je déteste, c'est cela que je fais.

Or, si je fais ce que je ne voudrais pas. je suis d'accord avec la Loi : je reconnais qu'elle est bonne.

Mais en fait, ce n'est plus moi qui accomplis tout cela, c'est le péché, lui qui habite en moi.

Je sais que le bien n'habite pas en moi, je veux dire dans l'être de chair que je suis. En effet, ce qui est à ma portée, c'est d'avoir envie de faire le bien, mais non pas de l'accomplir.

Je ne réalise pas le bien que je voudrais, mais je fais le mal que je ne voudrais pas.

Si je fais ce que je ne voudrais pas, alors ce n'est plus moi qui accomplis tout cela, c'est le péché, lui qui habite en moi.

Moi qui voudrais faire le bien, je constate donc en moi cette loi : ce qui est à ma portée, c'est le mal. 21 Moi qui voudrais faire le bien, je constate donc en moi cette loi : ce qui est à ma portée, c'est le mal.

Au plus profond de moi-même, je prends plaisir à la loi de Dieu.

Mais, dans tout mon corps, je découvre une autre loi, qui combat contre la loi que suit ma raison et me rend prisonnier de la loi du péché qui est dans mon corps.

Quel homme malheureux je suis ! Qui me délivrera de ce corps qui appartient à la mort ?

Et pourtant, il faut rendre grâce à Dieu par Jésus Christ notre Seigneur.

Ainsi, moi, je suis à la fois, par ma raison, serviteur de la loi de Dieu, et, par ma nature charnelle, serviteur de la loi du péché.

Mois d'AVRIL :

PASSION DU CHRIST

Stella Maris
Stella Maris