LE MARIAGE

Pour retenir l'église et la date du mariage, téléphoner à la maison paroissiale de Cossé-le-Vivien au moins un an et demi avant.

 

Un temps de préparation sera envisagé. De manière habituelle, le mariage est célébré dans la paroisse de résidence de l'un ou de l'autre des époux. Si cela n'est pas, toute dérogation devra être étudiée avec le prêtre.

 

Pour la préparation du mariage, est proposé un parcours en plusieurs étapes (non facultatives) durant lesquelles vous aurez l'occasion de rencontrer des prêtres, des diacres et des couples mariés de la communauté chrétienne.

 

Dans un premier temps, une journée au choix (en octobre ou en janvier, de 10h à 22h) pour parler du mariage avec des couples formés pour accompagner les fiancés. Puis en février, un samedi après-midi de 14h à 18h, nous constituons le dossier de mariage et découvrons la cérémonie. Ensuite, plusieurs rencontres sont à prévoir avec le prêtre ou le diacre qui bénira le mariage.

 

Contact : Maison paroissiale de Cossé : 02.43.02.75.14

 

Le Mariage

 

Le mariage entre un homme et une femme baptisés, vivant de la foi chrétienne, est un sacrement s'il est décidé librement, voulu comme unique et définitif, c'est-à-dire jusqu'à la mort, et ouvert à l'accueil des enfants. Le sacrement du mariage donne aux époux la grâce de renforcer et perfectionner leur amour, d'affermir leur unité indissoluble et de se sanctifier dans leur vie familiale.

Le mariage doit être célébré publiquement par l'échange des consentements : l'engagement public et libre des époux l'un envers l'autre. La célébration se fait normalement devant l'assemblée chrétienne, les témoins et le curé, ou un prêtre un diacre, délégués par lui. Le célébrant appelle la bénédiction de Dieu sur les époux et leur foyer.

 

Le sacrement est un don de Dieu, l'Eglise ne se reconnaît donc pas le pouvoir d'annuler ce don. Quelqu'un qui a réellement reçu le sacrement de mariage ne peut pas se marier une seconde fois après son divorce. S'il le fait, il demeure membre de l'Eglise, puisque le don du baptême ne peut être annulé, mais il entre dans une rupture de vie sacramentelle tant qu'il ne peut pas recourir au sacrement de Pénitence.

 

> Pourquoi se marier à l’Eglise ?

 

Un mariage à l'Eglise est-il une garantie de réussite ?  Qu'apporte de plus le sacrement du mariage ?

En France, 90 000 mariages civils chaque année (sur 288 000) sont suivis d'une célébration à l'église.


Parmi ceux-ci, des catholiques pratiquants mais pas exclusivement... Beaucoup de jeunes désirent que leur amour soit célébré dans une église sans réaliser tout à fait ce que leur apporte le sacrement du mariage.

 

Les cinq piliers du mariage chrétien

 

L'Église se réjouit du projet de ceux qui veulent s'aimer pour toute la vie. Elle est là pour les y aider. 
Fonder une famille est une noble tâche. Difficile... Mais loin d'être impossible si les fondations de la maison reposent sur les 5 piliers suivants :

- l'unité d'un homme et d'une femme

- la liberté du consentement

- la fidélité de l'engagement

- l'indissolubilité du lien

- la fécondité de l'amour.

 

 

Cet amour n'est possible que dans le respect de la liberté de chacun, l'accueil et l'écoute de l'autre. Il est communion de deux personnes : le projet est bien de former une communauté de vie et non une fusion passionnelle. Se préparer au mariage, c'est prendre le temps de découvrir l'autre, avec ses désirs propres, son mode de fonctionnement, sa psychologie. C'est accueillir son histoire, sa famille et son éducation. C'est
apprendre à l'écouter, à communiquer avec lui, à le respecter.

Cet amour se conjugue avec la fidélité de l'engagement. Promesse que les mariés se font le jour de leur mariage ! Être fidèle, c'est cultiver un amour exclusif mais ouvert, qui a la priorité sur toutes les autres réalités
de notre vie : amis, travail, passions, etc.

Cet amour se réalise par le don de sa vie. Un don total, sans réserve, définitif, sans condition et exclusif.

Le lien est indissoluble. La relation sexuelle traduit dans l'union des corps ce qui se dit dans la promesse qui unit les coeurs : « Je te reçois et je me donne à toi, pour t'aimer fidèlement ». L'Église la considère
comme un acte sacré, parce qu'elle consacre l'amour humain.

Cet amour invite les époux à s'aimer et à s'ouvrir à l'accueil de la vie de façon responsable, avec générosité.
L'amour se déploie en donnant la vie et la vie trouve son épanouissement dans l'amour.
Aimer et donner la vie, une seule et même vocation ! C'est d'ailleurs un test pour vérifier si l'on est prêt à se marier : désirons-nous avoir des enfants ensemble et les éduquer ?

 

Qu'est-ce que le sacrement du mariage apporte de plus?

L'amour n'est-il pas finalement la seule vraie et unique bonne raison de se marier à l'Église ? Toute la Bible, d'après le Christ, se résume en un seul et unique commandement :
« Tu aimeras ton Dieu de tout ton coeur, de toute ton âme, et de toute ta force. Tu aimeras ton prochain comme toi-même ». 

Ce commandement n'est pas un ordre que Dieu donne mais une loi de vie qui régit le coeur humain et toute la vie sociale.
Sans l'amour, l'homme n'est rien... Il meurt ! Comme une plante sans eau...
Mais cet amour-là n'est-il pas une utopie ? Disputes, tensions, conflits, crises, divorces, haine n'ont-ils pas trop souvent le dernier mot de nos histoires d'amour ? Pourquoi sommes-nous autant esclaves de ces passions
qui étouffent les plus beaux élans de notre vie : égoïsme, jalousie, envie, violence, désirs pervers, etc ? Ces forces négatives, dont on accuse les autres, ne viennent pas de l'extérieur mais bien de l'intérieur. 
Elles nous poussent, comme le dit si bien Saint Paul, « à ne pas faire le bien que nous voudrions faire et à faire le mal que nous ne voudrions pas faire ».
Ne serait-ce pas cela le péché, ce mot interdit, qui entrave nos capacités d'aimer ? Le péché n'est-il pas tout simplement ce qui va à l'encontre de l'amour ?

C'est pour nous libérer de tous ces esclavages que Dieu, qui est un Père plein d'amour et de tendresse, a envoyé son Fils Jésus dans le monde.. Par sa mort sur la croix et sa résurrection, il vient sauver le genre humain
du mal pour le rétablir dans l'unité. En donnant l'Esprit Saint, il transforme, jour après jour le coeur blessé de l'homme et le rend capable d'aimer comme Lui-même.

Tout sacrement, y compris celui du mariage, nous relie étroitement à ce mystère du Christ qui vient sauver l'homme et à celui de l'Église qui est le peuple de Dieu sauvé, autrement dit l'humanité régénérée par la
Vie du Christ.

« L'Eglise est en quelque sorte le sacrement, dit le concile Vatican II, c'est-àdire à la fois le signe et le moyen de l'union intime avec Dieu et de l'unité de tout le genre humain... » (Le mystère de l'Eglise, 1)

 

Le sacrement du mariage, signe efficace

Par le sacrement du mariage, Dieu rend possible notre amour en nous introduisant dans une dimension nouvelle de l'amour.
Amour reçu d'une source invisible, créatrice et divine.
En nous donnant l'un à l'autre par l'échange des consentements, nous accueillons le Don lui-même, cet amour divin qui est l'Esprit même de Dieu par lequel le Christ a vécu sa vie d'homme. 
Pour cela, il nous libère du poids de nos esclavages. Libération qui est un « combat de tous les jours » car les dons de Dieu viennent toujours se greffer sur notre nature humaine. Rien de magique dans les sacrements !

Dieu tient plus que nous à notre liberté, tout en nous donnant les grâces et les dons nécessaires pour la vivre. Le sacrement du mariage est un don de Dieu fait aux époux pour qu'ils vivent selon la loi de l'amour
chaque jour de leur vie. 
Don dans lequel ils devront puiser largement par la prière, par la fréquentation des sacrements qui sont également sources de Vie et aussi par leur manière de vivre avec les autres. 

Le mariage chrétien est un chemin exigeant sur lequel nous apprenons, avec la lumière de l'Esprit Saint, à dominer nos égoïsmes pour mieux aimer et vivre dans la liberté.

 

Mariage et pardon

Le pardon, sommet de l'amour Dieu donne aussi la force de vivre le pardon, pour dépasser les divisions et éviter que les blessures au sein du couple soient source de fermeture.
Le pardon, c'est la décision de continuer à donner, par-delà l'offense et la blessure. Sur la croix, Jésus, bafoué et humilié, a pardonné à ses bourreaux les insultes, les souffrances et les injustices subies : « Père pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font ».
Dans le sacrement de mariage, Il apprend aux époux ce chemin du pardon et leur donne la capacité de pardonner comme lui.
Et Dieu nous donne aussi la force, par le sacrement du mariage, de vivre cette loi de vie : « Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés ». Jésus a aimé jusqu'à donner sa vie pour ses amis.

Les époux sont appelés à faire de même en recevant la vie même du Christ car la mesure de l'amour, c'est d'aimer sans mesure. 

Leur amour devient ainsi à l'image et à la ressemblance de l'amour de Dieu. Il va même plus loin !
Leur amour élève, dans le Christ, toute l'humanité. Non seulement, ils témoignent qu'une civilisation de l'amour est possible mais ils la réalisent... (Source : Simples questions sur la vie, 2005)

> Le Mariage à la lumière de la Bible

Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu (Mt 19, 1-12)

La loi de Moïse autorise la répudiation de la femme par son mari. Pour Jésus, cette disposition, qui tient compte de la faiblesse humaine, ne correspond pas au plan de Dieu. Le lien d'amour entre un homme et une femme est sacré ; l'homme ne doit pas le briser, sauf en cas d'inconduite notoire. Jésus est conscient de la difficulté de comprendre et de vivre un tel amour. Dieu seul peut rendre capable de rester fidèle à cet idéal.

Jésus acheva ainsi son discours, puis il s'éloigna de la Galilée et se rendit en Judée, au-delà du Jourdain. Une foule nombreuse le suivait, et là il les guérit.

Des pharisiens s'approchèrent de lui pour le mettre à l'épreuve ; ils lui demandèrent : « Est-il permis de renvoyer sa femme pour n'importe quel motif ? » Il répondit : « N'avez-vous pas lu l'Écriture ? Au commencement, le Créateur les fit homme et femme, et il leur dit : 'Voilà pourquoi l'homme quittera son père et sa mère, il s'attachera à sa femme, et tous deux ne feront plus qu'un.' A cause de cela, ils ne sont plus deux, mais un seul. Donc, ce que Dieu a uni, que l'homme ne le sépare pas ! »

Les pharisiens lui répliquent : « Pourquoi donc Moïse a-t-il prescrit la remise d'un acte de divorce avant la séparation ? » Jésus leur répond : « C'est en raison de votre endurcissement que Moïse vous a concédé de renvoyer vos femmes. Mais au commencement, il n'en était pas ainsi. Or je vous le dis : si quelqu'un renvoie sa femme - sauf en cas d'union illégitime - pour en épouser une autre, il est adultère. »

Ses disciples lui disent : « Si telle est la situation de l'homme par rapport à sa femme, il n'y a pas intérêt à se marier. » Il leur répondit : « Ce n'est pas tout le monde qui peut comprendre cette parole, mais ceux à qui Dieu l'a révélée. Il y a des gens qui ne se marient pas car, de naissance, ils en sont incapables ; il y en a qui ne peuvent pas se marier car ils ont été mutilés par les hommes ; il y en a qui ont choisi de ne pas se marier à cause du Royaume des cieux. Celui qui peut comprendre, qu'il comprenne ! »

Mois d'AVRIL :

PASSION DU CHRIST

Stella Maris
Stella Maris