Tweet du Pape François

AVRIL 2017

Ça fait du bien de s’ouvrir, car c’est le propre du cœur de Dieu de déborder de miséricorde, déborder, répandant sa tendresse.

 

Plus


Si le mystère du mal est abyssal, infinie est la réalité de l’Amour de Dieu qui l’a traversé et l’a vaincu.

 

 

 

s


Jésus vient nous sauver et nous sommes appelés à choisir sa route : la route du service, du don, de l’oubli de soi.

 

 

s


Tournons le regard vers Jésus, demandons la grâce de comprendre mieux le mystère de son sacrifice pour nous cette Semaine Sainte.

 

 

Ô Croix du Christ, suscite en nous le désir de Dieu, du bien et de la lumière.

 

 

 

Plus


Chers jeunes, n’ayez pas peur de dire “oui” à Jésus avec tout l’élan du cœur, de lui répondre généreusement et de le suivre !

 

 

 

Plus


Le Carême est un temps de pénitence destiné à nous faire ressusciter avec le Christ, à renouveler notre identité baptismale.

 

Plus


L’espérance est celle qui ouvre le croyant aux surprises de Dieu.

 

 

 

Plus


Essayons de suivre les traces du Christ concrètement, en nous mettant au service des frères et sœurs dans le besoin.

 

 

 




Aujourd’hui : Journée Mondiale contre les mines antipersonnel. Renouvelons, s’il vous plaît, l’engagement pour un monde sans mines !

 

 

 

Plus


Le Carême est par sa nature un temps d’espérance car il nous conduit à renaître «d’en haut», de l’amour de Dieu.

 

 

 

Plus


Quand l’esprit saint habite nos coeurs, il nous fait comprendre que le Seigneur est proche et qu’il prend soin de nous.

 






Même dans les moments les plus durs et bouleversants, la miséricorde et le bonté du Seigneur sont plus grands que toute chose.

 

 

MARS 2017

Jeûner n’est pas uniquement renoncer à la nourriture, mais à toute tentation morbide, surtout le péché.

                       

L’Eglise souhaite etre proche de chacun à traver l’amour, la compassion et le réconfort qui nous viennent du Christ.

                       

Le Carême est un temps favorable pour se renouveler en rencontrant le Christ vivant dans sa parole, les Sacrement et notre prochain.

                       

De l’amour à la haine, le chemin est facile. Celui de la haine à l’amour est plus complexe, mais il apporte la paix.

                       

En ce Carême essayons de jeûner non pas en faisant la moue mais avec le sourire.

                       

Jésus est l’ami fidèle qui ne nous abandonne jamais: même dans le péché, il attend patiemment notre retour vers Lui.

                       

Le Carême nous invite puissamment à la conversion: nous sommes appelés se tout cœur à aller vers.

                       

Jeûner ce n’est pas seulement se priver de pain. C’est aussi partager le pain avec l’affamé.

 

Dieu est toujours fidèle et ne cesse jamais de nous aimer, de suivre nos pas et de courir après nous quand nous nous éloignons un peu.

                       

Le Carême est un nouveau commencement, un chemin vers une destination sûre : la Pâques de la Résurrection, la victoire du Christ sur la mort.

FEVRIER 2017

 

Ne sous-estimons pas l’exemple, car il a plus de force que mille mots, mille « j’aime » ou retweets, mille vidéos sur YouTube.

 

Jésus a confié les clefs à Pierre pour ouvrir l’entrée du Royaume des cieux, pas pour la fermer.

 

mieux que nous ce dont nous avons besoin ; Faisons-lui confiance, car ses voies sont très différentes des nôtres.

 

Si le mal est contagieux, le bien l’est aussi. Laissons-nous contaminer par le bien et contaminons par le bien!

 

-nous poussés par le Saint-Esprit pour discerner avec courage des voies nouvelles dans l’annonce de l’Évangile.

 

Combien de fois dans la Bible, le Seigneur nous demande d’accueillir migrants et étrangers, nous rappelant d’être aussi des étrangers!

 

Un cœur jeune ne supporte pas l’injustice et ne peut se plier à la culture du rebut, ni céder à la globalisation de l’indifférence.

 

Je vous invite à lutter contre la pauvreté soit matérielle, soit spirituelle ; édifions la paix et construisons des ponts.

 

La culture du rebut n’est pas de Jésus. L’autre est mon frère, par-dessus toutes les barrières sociales, la nationalité, la religion.

 

C’est beau de savoir que le Seigneur prend soin de nos faiblesses, nous relève avec patience et nous donne la force de recommencer.

 

Ne posons jamais de conditions à Dieu ! Avoir confiance en Dieu veut dire entrer dans ses desseins sans rien prétendre.

 

La dignité des enfants doit être respectée : demandons que soit éliminer l’esclavage des enfants soldats dans le monde entier.

 

Je désire vous encourager tous à contempler en Marie, Salut des malades, la garante de la tendresse de Dieu pour chaque être humain.

 

Soyons proches des frères et sœurs qui vivent l’expérience de la maladie et de leurs familles.

 

L’espérance ouvre de nouveaux horizons, rend capables de rêver ce qui n’est même pas imaginable.

 

Qui favorise la traite des personnes est responsable devant Dieu. Prions pour la conversion des cœurs.

 

 Écoutons le cri de tant d’enfants réduits en esclavage. Que personne ne reste indifférent à leur douleur.

 

 Devenir croyants signifie apprendre à voir avec les yeux de la foi.

 

Celui qui ne croit pas ou ne cherche pas Dieu peut-être n’a-t-il pas senti l’inquiétude d’un témoignage.

 

Agis ! Vis ! Et face à ta vie, à ton témoignage, quelqu'un te demandera : pourquoi vis-tu comme ça ?

 

N’oublions jamais de prier les uns pour les autres. La prière est notre plus grande force.

 

La vie consacrée est un grand don de Dieu : don de Dieu à l’Église, don de Dieu à son Peuple.

 

Dieu veut que tous les hommes se reconnaissent frères et vivent ainsi, formant la grande famille humaine dans l’harmonie de la diversité.

Janvier 2017

L’unité de l’amour se réalise quand nous annonçons les merveilles que Dieu a fait pour nous.


Avec Saint Dominique « allons de l’avant avec joie, en pensant à notre Sauveur. »


L’Unité des Chrétiens n’est pas le fruit de nos efforts humains, mais un don qui vient d’en haut.

 

L’unité des chrétiens naît du Christ. Nous voulons vivre l’unité, parce que nous voulons suivre Jésus et vivre son amour.


De l’intimité de notre foi en Jésus Christ surgit l’exigence d’être unis à lui.


La paix est une “vertu active” qui demande l’engagement et la collaboration de chaque personne et du corps social tout entier.


Une véritable paix ne pourra jamais advenir tant qu’il y aura même un seul être humain violé dans son identité personnelle.

 

Que la Sainte famille veille sur tous les mineurs migrants et accompagne ceux vulnérables et sans voix sur leur chemin.

 

L’exploitation sans scrupules fait du mal aux enfants réduits en esclavage. Que Dieu bénisse tous ceux qui les libèrent.

 

Les enfants obligés de fuir, surtout s’ils sont seuls, sont plus démunis et plus vulnérables. Prions pour eux et aidons-les.

 

Les mineurs migrants, surtout non accompagnés, sont particulièrement vulnérables. Donnons-leur tous un coup de main.



Chacun peut contribuer à une culture de la miséricorde dans laquelle personne ne regarde l’autre avec indifférence.

 

Je souhaite que fleurissent entre nos pays et leurs peuples les occasions de travailler ensemble et de construire une paix authentique.

 

Il n’y pas de vraie paix si chacun revendique toujours ses droits, sans prendre soin du bien des autres.

 

Que la Vierge Marie nous aide à suivre Jésus sur le chemin de la foi et de la charité, la voie tracée par notre baptême.

 

Souvenons-nous de nos frères et sœurs de l’Orient chrétien, catholiques et orthodoxes, qui aujourd'hui célèbrent Noël.

 

Comme les mages, nous aussi marchons, attentifs, infatigables et courageux, pour trouver le Dieu invisible qui est né pour nous.

 

Que ce soient la charité et la non-violence qui guident la manière dont nous nous traitons les uns les autres.

 

Être aujourd’hui de vrais disciples de Jésus signifie adhérer également à sa proposition de non-violence.

 

Puisse la non-violence devenir le style caractéristique de nos décisions, de nos relations, de nos actions.

 

Au début de cette nouvelle année, je présente mes vœux sincères de paix aux peuples et aux nations du monde.

 

Confions à Marie, la très Sainte Mère de Dieu la nouvelle année, pour que croissent la paix et la miséricorde dans le monde entier.

Décembre 2016

Sainte famille de Nazareth, accorde à nous tous de reconnaître le caractère sacré de la famille, sa beauté dans le dessein de Dieu.

 

Laissons-nous toucher par la tendresse qui sauve ; approchons-nous de Dieu qui se fait proche, arrêtons-nous pour regarder la crèche.

 

Dieu, épris de nous, nous attire par sa tendresse, naissant pauvre et fragile au milieu de nous, comme un de nous.

 

Noël a surtout une saveur d’espérance parce que, malgré nos ténèbres, la lumière de Dieu resplendit.

 

En la fête de St Étienne, rappelons-nous les martyrs d’hier et d’aujourd'hui. Vainquons le mal avec le bien, la haine avec l’amour.

 

Christ est né pour nous, exultons en ce jour de notre salut !

 

Comme les bergers de Bethléem, puissent nos yeux s’émerveiller en contemplant dans l’enfant Jésus le Fils de Dieu.

 

Le Seigneur se fait homme pour cheminer avec nous dans la vie quotidienne.

 

Elle est proche la naissance de Jésus, qui vient assumer notre faiblesse.

 

La miséricorde suscite la joie, car le cœur s’ouvre à l’espérance d’une vie nouvelle.

 

La miséricorde est l’action concrète de l’amour de Dieu qui, en pardonnant, transforme et change la vie.

 

Rien de ce qu’un pécheur qui se repent place devant la miséricorde de Dieu ne peut demeurer sans l’étreinte de son pardon.

****

J’exprime solidarité aux migrants du monde et remercie ceux qui les aident : accueillir l’autre c’est accueillir Dieu en personne!

 

Notre joie vient de la certitude que le Seigneur est proche, avec sa tendresse, sa miséricorde, son pardon et son amour.

 

Je vous remercie pour votre affection. N’oubliez pas de prier pour moi.

 

Le pardon est le signe le plus visible de l’amour du Père, que Jésus a voulu révéler dans toute sa vie.

 

L’amour de Dieu qui sait lire dans le cœur de chacun, pour en saisir le désir le plus caché, doit avoir le primat sur tout.

 

C’est le moment de libérer l’imagination de la miséricorde pour faire naître de nombreuses œuvres nouvelles, fruits de la grâce.

 

Aujourd'hui, je voudrais que chacun fasse mémoire de sa propre histoire, du don reçu du Seigneur.

 

En la fête de notre Dame de Guadalupe, confions-lui les peuples américains et la Mission de l’Église sur ce continent.

 

Que l’Avent soit un temps d’espérance. Allons à la rencontre du Seigneur qui vient à notre rencontre.

 

Travaillons tous avec décision pour que personne ne soit exclue de la reconnaissance effective des droits humains fondamentaux.

 

Prions pour toutes les victimes de génocide et engageons-nous pour que ce crime ne se reproduise plus dans le monde.

 

Apprenons de la Vierge Marie d’avoir un cœur humble et capable d’accueillir les dons de Dieu.

 

L’Église ne grandit pas par prosélytisme mais « par attraction ».

 

Jésus a donné un sens à ma vie ici sur terre et me donne l’espérance pour la vie future.

 

Jésus enseigne à aller toujours à l’essentiel et à assumer la responsabilité de la propre mission.

 

L’Avent est le temps pour préparer nos cœurs à accueillir Christ Sauveur, notre espérance.

 

Nous sommes tous invités à sortir comme missionnaires et porter le message de l’amour de Dieu à toute personne et en tout lieu.

 

J’invite toutes les personnes de bonne volonté à agir contre la traite des personnes et les nouvelles formes d’esclavage.

 

Souvenons-nous aujourd'hui du bienheureux Charles de Foucauld, qui disait : la foi c’est voir Jésus en chaque être humain.

 


Mois d'AVRIL :

PASSION DU CHRIST

Stella Maris
Stella Maris